Il semble qu’il y ait vraiment un effet psychologique à tout, et cela même juste en préparant de bons petits plats. Des études sérieuses démontrent vraiment que passer du temps dans sa cuisine procure des effets positifs sur les gens.

Un sentiment de travail accompli

La cuisine et la boulangerie présentent deux aspects différents pour la santé mentale : l’activité et le résultat. Et les deux ont des avantages. Des psychologues ont dit que la raison pour laquelle les cours de boulangerie thérapeutique fonctionnent si bien est que les participants obtiennent quelque chose de tangible pour leurs efforts. C’est ce qui est appelé « l’activation comportementale », ce qui signifie trouver un sens aux choses que la personne fait plutôt que de simplement dériver à travers elles. L’avantage du processus de cuisson est en partie le fait qu’il donne des aliments savoureux, une bonne « récompense » pour avoir accompli une tâche, et une démonstration que les actions faites ont abouti à quelque chose de réel.

La créativité fait se sentir bien

Les recettes faciles, en particulier, semblent avoir des effets bénéfiques importants sur la santé mentale parce que le processus ne crée pas d’anxiété, mais il encourage la concentration, et, selon une étude datant de 2016, il stimule également la créativité et le bonheur. L’étude a suivi de près les mouvements et les actions de 658 personnes, et a noté que lorsqu’elles faisaient de petites choses significatives et calmantes, comme cuisiner au cours de leur vie quotidienne, elles se sentaient globalement plus heureuses. Les scientifiques à l’origine de l’étude pensaient que la créativité dans la gastronomie signifiait que les gens se sentaient plus enracinés et plus capables. Et c’est lié à de nombreuses recherches sur la façon dont la créativité contribue au bonheur.

Ça fait entrer dans une sorte de « flow »

« La cuisine peut ressembler à une pratique de méditation  » dit la thérapeute Justyna Wawrzonek. Beaucoup de ses clients, dit-elle, décrivent la cuisine comme étant « dans la zone « , un sentiment dans lequel ils perdent la notion du temps et se concentrent simplement sur la tâche à accomplir. Pour quelqu’un qui lutte contre les pensées négatives, s’inquiète et est constamment bombardé de doutes, de peur et de honte, la cuisine peut être un exutoire sain pour apporter paix et sérénité dans son espace de tête. Et, explique-t-elle, cela peut également se répercuter dans le corps physique. « La pratique de la cuisine ne soulage pas seulement l’esprit, mais détend aussi le corps « , dit Wawrzonek. « Elle aide à entrer dans le flow de l’activité et soulage la tension qui peut se manifester dans le corps lorsque les gens se sentent anxieux ou déprimés ».

L’altruisme de cuisiner pour les autres est bénéfique pour le cuisinier

Outre le processus de cuisson et le résultat final délicieux, il y a un autre aspect de la préparation des aliments qui est bénéfique pour la santé mentale : le faire pour les autres. La cuisine altruiste, comme l’ont montré les recherches, joue un rôle important dans de nombreuses cultures comme moyen de créer des liens avec les autres. Cuisiner est un moyen pour montrer que le cuisinier se soucie des autres en temps de crise, pour célébrer, pour divertir ou simplement pour nourrir. Et ces liens sociaux dans la cuisine sont bénéfiques. Elle peut être une porte d’entrée vers la connexion. La nourriture rapproche les gens, cela ne fait aucun doute. Pour quelqu’un qui éprouve des difficultés avec les contacts sociaux, l’acte de partager sa création d’un repas fait maison peut être très puissant. La rétroaction positive et le simple fait de voir quelqu’un d’autre apprécier et valoriser sa création (le repas) ont des implications majeures pour la reconstruction de soi et de sa valeur.

Cela permet d’économiser de l’argent

Jamie McNally, professeur auxiliaire de psychologie et propriétaire de Sycamore Counseling Services, dit :  » Cuisiner à la maison a tendance à économiser de l’argent, ce qui, à son tour, peut avoir un impact positif sur la situation financière globale des gens « . L’argent peut exacerber les problèmes de santé mentale et la pression sur les relations intimes. « Comme les disputes au sujet de l’argent ont tendance à être l’un des conflits les plus courants dans une relation, un couple pourrait utiliser la cuisine à la maison pour renforcer leur relation non seulement en économisant de l’argent, mais aussi en profitant de l’occasion de faire un rituel nocturne,  » suggère McNally.

La cuisine aide le cerveau à rester en bonne santé

De nombreux organismes de santé mentale insistent sur le fait qu’une nutrition adéquate est un élément fondamental du maintien de la santé du cerveau. Le Dr Andrew McCulloch, ancien chef de la direction de la Fondation pour la santé mentale, a écrit que  » la nutrition devrait devenir une composante courante et quotidienne des soins de santé mentale « . Et cuisiner pour les autres et pour soi-même permet d’être plus conscient de ce qui est mis dans son corps et de la façon dont il réagit à différents aliments et aliments de base. Les régimes alimentaires riches en éléments nutritifs, y compris beaucoup de légumes-feuilles, de légumineuses, de poissons gras et de baies, ont été liés de façon concluante à de meilleurs résultats lorsqu’il s’agit de troubles de l’humeur. Mais tout le monde ne réagit pas de la même manière aux aliments. Les intolérances et les microbiomes intestinaux influencent les réactions et donc l’humeur. Et cuisiner pour soi-même, disent les experts, est l’une des meilleures façons de prendre soin de sa propre santé mentale, à condition d’avoir suffisamment de temps pour le faire.

Les nombreux spécialistes cités précédemment sont ainsi d’accord que faire la cuisine, que ce soit pour soi ou pour les autres, a des bénéfices à bien des égards. En effet, c’est la santé mentale d’un individu qui peut en être positivement affectée.